Patchwork d’images de Bora à Biarritz

 Fati-tatoueur-polynesien

 Ce matin encore, les pales du ventilateur tentent de filtrer l’air du matin. Dehors, les senteurs des pamplemoussiers mêlées à celles des tiarés et des frangipaniers diffusent un subtil mariage de  fragrances florales dont chaque molécule odorante s’éclate en mille et un arômes  tropicaux. Le bruissement des palmes des cocotiers balayé par les alizées du matin,  annonce une journée chaude et chaque rayon du soleil s’électrise avec  la moiteur de l’air ambiant. Seul, le grésillement de la machine à tatouer bat son plein et rappelle que ce lieu dans lequel je me trouve, ancré à la pointe sud de l’ile et posé délicatement sur la  mythique plage de Matira à Bora Bora, abrite deux créateurs aux multiples talents. Il suffit de franchir le seuil de cet univers de création pour être accueillis par des sourires et un jovial salut, pimenté d’une infinie gentillesse dont seuls Fati et Isa en sont les principaux détenteurs. De leur union sont nés deux garçons, Tehau et Teikitepoeauetiu dont les âges respectifs,  semblables à ceux de mes enfants  Manua et Temoe, s’accorderont  pour partager ensemble quelques inoubliables merveilles de l’enfance. Ici,  les maitres des lieux  s’adonnent de leur passion respective pour faire vivre et tambouriner leur havre de création et, qu’il s’agisse de tatouage, de sculpture ou de confection de linge de maison (tifaifai pour la plupart mais aussi parure de lit, linge de table, accessoires d’ameublement),  l’art maori pareil à un métronome donne le tempo pour créer, concevoir, et  innover toujours. Fati, tatoueur marquisien, natif de Ua-Pou et au prodigue talent use de son art pour marquer à jamais les peaux des touristes aux origines variées ainsi que celles des polynésiens désireux d’enrichir leur corps puissant de motifs maoris, et  en passant par l’Asie, l’Amérique, l’Europe  sans oublier l’Afrique et bien sur l’Océanie, les multiples graphismes ancrés de noirs et dessinés sur les peaux aux dégradés  clairs et bruns , continueront de danser et d’être  arborés fièrement par ces signes ostentatoires, preuve  d’un passage à Tahiti, destination rêvée pour la plupart des futurs visiteurs.

Patchwork-image-isabelle-realisation-tifaifaiIsa compagne de Fati, vahine normande et marquisienne d’adoption maintenant, jongle avec les tissus aux nuances colorées pour superposer et juxtaposer les formes préalablement  découpées dans des draps aux couleurs exotiques pour faire apparaître les motifs dessinés par Fati, et l’on reconnaît déjà hibiscus, tortues,  tikis ou tellement d’autres sujets. Mais, il ne s’agit plus de voler jusqu’au bout du monde pour habiller votre corps de tatouage ou votre intérieur de tissus colorés mais,  selon la provenance de chacun de vous, il vous suffit de choisir Biarritz comme destination finale pour rejoindre notre couple d’artistes, et de vous rendre, au 74 rue Gambetta. La fréquentation de ce lieu de création poursuit son ascension depuis Bora Bora  et  n’en finit plus de croitre ici, maintenant, sur la côte basque et, si vous souhaitez vous faire tatouer, il est fortement conseillé de téléphoner afin de prendre rendez vous auprès de Fati ou Isa. L’ambiance toujours chaleureuse garde l’empreinte polynésienne et sur fond musical varié vous serez accueillis  avec le même sourire de bienvenue. Alors, soyez nombreux à découvrir les talents de Fati et la surprenante  production de «  tifaifai »  d’Isa, toutes des pièces uniques et réalisées artisanalement !

Maururu, ia orana et Maeva!

AG

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>